• et voilà nous avons franchis la porte de cette nouvelle année. De part et d'autres j'entends les pétards claquer pour annoncer cette année 2017. Meilleurs voeux à vous tous !

    NOUVEL AN


    6 commentaires
  • Eh ! oui nos ancêtres n'avaient pas les chaînes de télé, les radios qui leur annonçaient la météo, ils se sont débrouillés par leur propre moyen pour connaître le temps qu'il fera. Mon frère pratique celle de l'oignon depuis quelques années, et il est parfois stupéfait de voir le résultat se concrétiser.

    Cette année je fais la méthode "condensé du temps". Chaque jour, du 26 décemre au 6 janvier représente un condensé du tmps qu'il devrait faire durant chacun des mois de l'année (26/12 = Janvier......6/1 = Février)

     

    Tradition de Noël

    L’oignon météorologique

    Il y a cinquante ans survivait encore en Alsace une tradition fondée sur la lecture de l’oignon salé.

    On connaît bien les coutumes de Noël liées au sapin et aux bougies, mais qui pratique encore la lecture de l’oignon ? Elle se déroulait ainsi, surtout chez les vieilles gens du Kochersberg.

    Les douze mois de la nouvelle année

    Le soir de Noël, on choisissait un bel oignon de son jardin qu’on coupait en deux. On enlevait six pelures de chaque hémisphère et on les disposait sous le sapin de Noël dans l’ordre exact où elles avaient été prélevées : elles étaient censées figurer les douze mois de la nouvelle année.

    Avant de partir à la messe de minuit, on posait des grains de gros sel dans le creux de chaque pelure puis, en revenant de l’église, on scrutait les pelures où le sel avait fondu et celles où il était resté sec.

    Exemple : si le sel avait fondu dans la troisième pelure, on partait du principe que le mois de mars serait pluvieux…

    Cette habitude reposait sur une antique croyance germanique selon laquelle les douze nuits entre Noël et l’Épiphanie étaient regardées comme des « Wihnächte », des « nuits saintes ». Des phénomènes étranges se déclaraient, qui décidaient du sort de l’année à venir… La « lecture » des douze pelures d’oignon était donc logique.

    Mais les satellites météorologiques n’ont pas tardé à avoir la peau de cette croyance paysanne…

    La Météo de nos ancêtres

     

     


    4 commentaires
  • Comme tous les ans nous nous sommes retrouvés entre cousins/cousines pour déguster le vin nouveau. Une petite tradition familiale que mon cousin ainé a gardé, après les vendanges ils invitent son frère, ses soeurs , ses cousins (mes frères) et sa cousine (moi) pour goûter le vin nouveau. Une superbe rencontre de famille que j'adore et que nous essayons d'honorer. Il est toujours très fier quand nous sommes tous présents, la famille a pour lui autant de valeur que pour moi. Cela nous le devons à notre arrière grand-père qui a toujours fait que sa famille reste soudée et nous en avons hérité de cela. C'était une superbe soirée et nous nous sommes bien marrés. Ce qui est toujours le plus drôle les hommes vers le haut de la table et les femmes vers le bas, et parfois la voix des hommes est tellement forte que nous les femmes avons du mal à nous comprendre. Vivement l'année prochaine.

    Bon week end à tous !

    Vin nouveau


    4 commentaires
  • Partout dans les grandes surfaces, les rayonnages se remplissent de décorations, de jouets..... qui nous annoncent Noël. Je ne sais pas mais je trouve que tout cela est bien tôt, aujourd'hui Noël n'a plus le même sens que dans ma jeunesse.... Aujourd'hui c'est plutôt le remplissage des caisses qui est primé..... et c'est bien dommage.

    Déjà......


    8 commentaires
  • Osterlammele, ou Oschterlammele, Lamele ou Lammele, prononcé Lamala dans le Haut-Rhin, mot alsacien qui signifie « petit agneau de Pâques ». C’est une pâtisserie traditionnelle d’Alsace en forme d’agneau pascal qui est offerte au matin du jour de Pâques.

    Cette tradition typiquement alsacienne du « Lammele » est attestée dans une correspondance du théologien catholique Thomas Murner en 1519 : le fiancé offrait un agneau pascal à sa fiancée. On l’offrait aussi aux enfants au retour de la messe du jour de Pâques. Après le temps du Carême, ce biscuit, riche en œufs dont la consommation était proscrite, permettait d’écouler le stock accumulé avant Pâques. L’agneau, saupoudré de sucre glace, était décoré d’un étendard en papier de soie aux couleurs du Vatican (jaune et blanc) ou de l’Alsace (rouge et blanc).

    Le Lammele est traditionnellement cuit dans un moule en terre cuite vernissée, encore fabriqué par les potiers de Soufflenheim, qui conserve longtemps un délicat parfum de gâteau après sa cuisson.

    Une collection de ces moules à gâteaux est présentée au musée du pain d'épices et de l'art populaire alsacien à Gertwiller.

    OsterlammeleOsterlammele

     

     


    2 commentaires
  • Pâques en Alsace, les origines et les traditions

    Saviez-vous que les traditions de Pâques en Alsace sont différentes du reste de la France ? Les traditions des fêtes de la Pascale sont en partie inspirées des coutumes venues d’Allemagne, dû au rattachement avant les guerres mondiales.

    En France, ce sont des cloches qui apportent les Oeufs, alors qu’a Pâques en Alsace ce sont les Lapins.

    En Alsace, Pâques est la seconde fête la plus importante après Noël. A l’approche du printemps, de nombreuses familles procèdent au grand ménage de printemps, traditionnellement appelé « Osterputz ».

    L’intérieur et l’extérieur des habitations sont ensuite décorés dans l’art des traditions alsaciennes. Et comme à chaque fête, Pâques n’échappe pas à une décoration typique.

     A l’intérieur des habitations, on retrouvera les arbres de Pâques, fabriqués à partir de petits arbres ou de bouquets de branches en floraison. On les décore ensuite avec des œufs de poule vidés et peints à la main, et de petits poussins inoffensifs.

    De nombreuses poules et de nombreux lapins décoratifs envahissent les maisons.

     Il en est de même pour l’extérieur où l’on retrouve très souvent des bottes de pailles agrémentées de lapins peints sur du bois ou du métal.

     Lorsqu’il s’agit de tradition culinaire, l’Alsace n’est jamais très loin, tout spécialement pour les fêtes de Pâques. Une des spécialités culinaires, l’agneau pascale appelé en Alsace « Lämmele » est un met incontournable pour les repas en famille, ou simplement à offrir entre voisins ou aux membres de la famille. En famille, il se déguste autour d’un bon verre de vin blanc issu du vignoble Alsacien.

      Lämmele » est traditionnellement cuit dans un moule en terre cuite, fabriqué dans l’un des villages alsaciens les plus réputés pour ses poteries artisanales, Soufflenheim. C’est un délicieux biscuit moelleux, saupoudré de sucre glace et décoré d’une écharpe rouge, représentatif de l’église.

    Pâques en Alsace


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique