• Un très bel hommage à ce grand artiste.  Ces chansons  resonneront encore longtemps.  Merci Charles AZNAVOUR


    1 commentaire
  • c'est un ascendant de ma belle famille (recherche généalogique en cours)

    Alfred Roll, grand peintre républicain

    Comblé d’honneurs et de commandes publiques et privées, Alfred Roll (1846-1919) tombe dans un relatif oubli après sa mort, avant de connaître une réhabilitation récente. Au cours des années 1950 et 1960, ses héritiers gratifient différents musées, dont celui de Saverne, de donations. Cet été, une exposition y est consacrée au grand peintre républicain.

    Alfred Roll (1846-1919)  Document Musée de Saverne Alfred Roll (1846-1919) Document Musée de Saverne
     

    La photographie non signée évoque la manière de l’atelier de Nadar. Elle date sans doute des années 1880. Alfred Roll apparaît dans la force de l’âge, avec une abondante chevelure et une barbe républicaine. Le bourgeois fortuné résidant dans un hôtel particulier de la Plaine-Monceau conserve pourtant de sa jeunesse de rapin une allure un peu bohème.

    Une famille d’origine alsacienne

    Le père de l’artiste, François Joseph Roll est un ébéniste de Dettwiller. Monté à Paris dans les années 1840, il s’établit au Faubourg Saint-Antoine. Les affaires prospèrent. Pourtant, le jeune Alfred ne reproduit pas le modèle paternel. Il suit les Beaux-Arts et fréquente les ateliers de peintres réputés. Dès 1869, il expose au Salon. Il admire le talent et la personnalité de Courbet.

    Roll évoque dans ses tableaux la guerre de 1870 à laquelle il a participé et l’Alsace perdue. Surtout, il adhère avec enthousiasme à la République. Celle-ci le lui rend bien. Il en devient un peintre officiel. Son tableau monumental sur le thème du 14 juillet 1880, place de la République, est toujours exposé au Petit Palais. Roll est chargé des décors des salons de l’Hôtel de Ville de Paris et de palais nationaux.

    Dans une veine naturaliste, il réalise également des œuvres illustrant la question sociale, mais sans prétendre délivrer de message révolutionnaire. « La grève des mineurs » aurait inspiré Émile Zola pour Germinal. En même temps, Roll illustre la belle époque au tournant du siècle. En témoignent ses quelque 150 portraits de personnalités de la bourgeoisie française triomphante.

    Un peintre du mouvement et de la lumière

    Graduellement, sa manière glisse vers l’impressionnisme. Les paysages bretons et normands, les nus et figures allégoriques, les portraits intimistes en témoignent. La perspective s’efface. Le sujet se dilue.

    Le monde que peint Roll est pourtant menacé. La guerre éclate en 1914. Ses deux fils combattent dans les tranchées. Le vieux peintre réalise encore des œuvres de propagande illustrant les bombardements de Reims et les massacres de civils par l’armée allemande. Il décède en 1919.

    Grâce aux donations de son épouse Henriette et d’autres membres de la famille, le musée de Saverne possède un ensemble remarquable de l’art du XIXe  siècle français. Sa valorisation vient d’être assurée par le mécénat généreux du Kiwanis club de Saverne. Les œuvres seront présentées dans leur état d’origine, le mois prochain.


    1 commentaire
  • Johnny l'idole de ma jeunesse s'en est allé. Mes sorties au bal du samedi soir étaient bercées des chansons de Johnny. A chaque fois que l'orchestre se mettait à jouer une chanson de Johnny c'était la folie sur la piste de danse nous chantions à tue tête et nous dansions au rythme de ses mélodies. Que de merveilleux souvenirs. Encore aujourd'hui ses chansons résonnent dans toute la maison, c'était l'idole des Jeunes et des "Vieux".

    Adieu Johnny !

    Adieu JOHNNYAdieu JOHNNY


    3 commentaires
  • Mon mari étant un grand fan des Chevaliers du Fiel, j'en ai profité pour prendre des billets pour le spectacle qu'ils donnaient au Zénith de Strasbourg. Et cet évènement avait lieu le 13 janvier à 20 h. Le spectacle s'appelait un "Noël d'Enfer". Ils sont trop drôles

    environ 1h30 de délire......donnant des fous rires

    Les Chevaliers du fiel sont un duo comique français constitué d'Éric Carrière et Francis Ginibre, qui fit ses débuts sur la chaîne de télévision locale TLT (Télé Toulouse), puis en 1996 dans les caves-spectacle de Toulouse. Ils ont exercé leur activité de comiques dans de nombreux domaines tels que les spectacles de scène, la radio avec Pierre Galibert, l'écriture de livres humoristiques ou encore la télévision.

    Les Chevaliers du Fiel

    Les Chevaliers du Fiel


    3 commentaires
  • J'en ai la chaire de poule en écoutant cela, elle est magnifique avec des voix d'or. Ecoutez et vous comprendrez mon ressenti.....

    Le groupe Pentatonix qui chante a capella, se compose d’un groupe d’amis qui ont grandi ensemble au Texas, aux États-Unis, et partagent tous une passion sincère pour la musique. Leur histoire a commencé en 2011 et les a amené maintenant 5 ans plus tard, au sommet de l’industrie de la musique. Le fait qu’ils aient vendu 2,8 millions d’albums, soient des multiples vainqueurs des Grammy et qu’ils fassent des concerts à guichets fermés en dit long.


    4 commentaires
  • Et encore un emblème du monde des artistes qui a tiré sa révérence.

    David Bowie, nom de scène de David Robert Jones, né le 8 janvier 1947 à Londres, dans le quartier de Brixton, et mort le 10 janvier 2016 à New York, est un chanteur, compositeur, producteur de disques et acteur britannique.

    Durant plus de cinq décennies d'une carrière marquée par des changements fréquents de style, une réinvention permanente de son personnage et de ses approches musicales, il s'est imposé comme un des artistes musicaux les plus originaux, les plus importants et novateurs de la musique pop et rock, au point que de très nombreux artistes se sont réclamés de son influence. Il a vendu plus de 140 millions d'albums dans le monde.

    Il n'était pas spécialement dans mon répertoire, mais j'aimais bien Let's Dance qui était toujours joué lors des soirées dansantes.

    David Bowie

     

     


    2 commentaires
  • Et un 2e Michel qui s'en est allé.

    Michel Galabru est mort. Le comédien de 93 ans s'est éteint tôt ce lundi matin «dans son sommeil», selon sa famille.
    Théâtre, cinéma, téléfilms, Michel Galabru était un des acteurs les plus populaires, connu notamment pour ses films comiques comme «Le Viager» ou «Le gendarme de Saint-Tropez». Mais il était aussi à l'aise dans des registres dramatiques. Il avait notamment reçu le César du meilleur acteur en 1977 pour son rôle dans le film de Bertrand Tavernier «Le Juge et l'assassin». «Le premier grand film de qualité que j'ai fait», expliquait-il à notre journal il y a quelques années.

    Michel Galabru était né au Maroc, à Safi, le 27 octobre 1922.

    Michel Galabru


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique