• La Météo de nos ancêtres

    Eh ! oui nos ancêtres n'avaient pas les chaînes de télé, les radios qui leur annonçaient la météo, ils se sont débrouillés par leur propre moyen pour connaître le temps qu'il fera. Mon frère pratique celle de l'oignon depuis quelques années, et il est parfois stupéfait de voir le résultat se concrétiser.

    Cette année je fais la méthode "condensé du temps". Chaque jour, du 26 décemre au 6 janvier représente un condensé du tmps qu'il devrait faire durant chacun des mois de l'année (26/12 = Janvier......6/1 = Février)

     

    Tradition de Noël

    L’oignon météorologique

    Il y a cinquante ans survivait encore en Alsace une tradition fondée sur la lecture de l’oignon salé.

    On connaît bien les coutumes de Noël liées au sapin et aux bougies, mais qui pratique encore la lecture de l’oignon ? Elle se déroulait ainsi, surtout chez les vieilles gens du Kochersberg.

    Les douze mois de la nouvelle année

    Le soir de Noël, on choisissait un bel oignon de son jardin qu’on coupait en deux. On enlevait six pelures de chaque hémisphère et on les disposait sous le sapin de Noël dans l’ordre exact où elles avaient été prélevées : elles étaient censées figurer les douze mois de la nouvelle année.

    Avant de partir à la messe de minuit, on posait des grains de gros sel dans le creux de chaque pelure puis, en revenant de l’église, on scrutait les pelures où le sel avait fondu et celles où il était resté sec.

    Exemple : si le sel avait fondu dans la troisième pelure, on partait du principe que le mois de mars serait pluvieux…

    Cette habitude reposait sur une antique croyance germanique selon laquelle les douze nuits entre Noël et l’Épiphanie étaient regardées comme des « Wihnächte », des « nuits saintes ». Des phénomènes étranges se déclaraient, qui décidaient du sort de l’année à venir… La « lecture » des douze pelures d’oignon était donc logique.

    Mais les satellites météorologiques n’ont pas tardé à avoir la peau de cette croyance paysanne…

    La Météo de nos ancêtres

     

     

    « détenteJ-2 »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Décembre 2016 à 10:10

    Et oui, et bien souvent cela marchait ; surtout ils avaient leurs propres repères, les indices ne leur échappaient pas.

    bisous

    Ce soir

    2
    Bertille
    Mercredi 28 Décembre 2016 à 13:36

    Je ne connaissais pas l'oignon météorologique, j'ai encore appris qq chose aujourd'hui Je pense que c'était beaucoup plus fiable que la météo d'aujourd'hui ......chez nous le paysan relève le temps des 12  1er jours de janvier et ils correspondent au 12 mois de l'année . Systématiquement , je relève le temps de ces 12 premiers jours et le dicton s'annonce bien souvent très juste . Il est encore tant de le faire et vous verrez 

    Gros bisous 

     

    3
    JOSETHE
    Mercredi 28 Décembre 2016 à 14:09

    Je ne connaissais pas ce dicton des 12 pelures d'oignons, mais d'autres dictons régionaux  sont encore valables dans notre région. 

     Au jour de Noël les jours croissent d'un pas d'hirondelle.                                                                          Aux Rois, d'un pas d'oie, à la Chandeleur d'une heure.                                                                                      Quand à Noël, on se chauffe au soleil, le jour de Pâques, on se chauffe à la bûche de Noël. ETC . . . . .

    Oignons à trois pelures, signe de froidure. Il y aurait des pages à écrire sur la météo !

    Bisous du 

    mercredi

    4
    Mercredi 28 Décembre 2016 à 15:16

    Bonjour Mamilli

    C'est certainement plus fiable que la météo actuelle , qui se trompe souvent .

    Je te souhaite un très bon après-midi.

    De gros bisous

    5
    Samedi 30 Décembre 2017 à 21:25

     

     

     

    Nous savons tous que les sorciers Amérindiens (que les Européens appellent Chamans) observaient la nature et se servaient de leurs observations pour prédire le temps qu'il fera.

    Nous avons tous vu ou entendu dire que les Anciens (nos aïeux) écoutaient leur corps, scrutaient le ciel, humaient l’air et goûtaient la terre afin d’y aller de leurs meilleurs prédictions pour le temps à venir…

     

     

     

    Les douleurs et les malaises s'accentuent lorsqu'il va faire mauvais.

     

     

    Avant une averse, l'odorat est plus subtil. Les odeurs ont tendance à se répandre lorsque le mauvais temps menace et que la pression baisse. D’ailleurs, plusieurs croient que le pluie sent bon. Ce n’est pas la pluie, c’est le sol selon les conditions et l’endroit où elle tombe.

     

     

    Les oiseaux annoncent l'orage en piaillant, cacardant, et les pic-bois déclenchent un vrai vacarme en picorant les arbres.

     

     

     

     

    Les fleurs de nombreuses plantes, entre autres celles du pissenlit, se referment quand la pression baisse et qu'il va pleuvoir.

     

     

    Les champignons prolifèrent juste avant la pluie.

     

     

    Si les nuages se déplacent en haute altitude, c'est un signe de beau temps, mais s'ils volent bas, c'est le contraire.

     

     

    Si pour une série de quatre mois, la lune devient nouvelle entre huit heures et neuf heures de demie du matin, la quantité de pluie sera plus considérable que si la lune avait abandonné son dernier quartier entre sept et huit heures du matin.

     

    Lorsqu'à l'horizon un objet paraît flou et lointain, il y a de fortes chances qu'il fasse beau, alors que s'il est net et semble proche, il risque de pleuvoir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :