• Sur mon précédent blog, j'avais mis un article sur les ours en peluche. J'adore cette peluche, à tel point que j'en ai quelques uns et que j'ai parfois du mal à résister  tellement beau.

    Un ours en peluche – également appelé nounours par les enfants, ou toutou au Québec est un jouet en forme d'ourson. Il s'agit d'une forme traditionnelle de peluche, rembourrée avec de la paille, des haricots, ou plus récemment du coton ou du plastique.

     

    Vers la fin du XXe siècle, certains ours en peluche sont devenus de véritables et coûteux objets de collection. On nomme « arctophilie » l'art de collectionner les ours en peluche. Certains arctophiles privilégient les ours anciens, d'autres les ours d'artistes. Le premier musée consacré à l'ours en peluche – le Teddy Bear Museum – a vu le jour en 1984 à Petersfield dans le comté du Hampshire, en Angleterre.

    Ours en peluche

    La légende allemande :

     

    Margarete Steiff était une fabricante de jouets allemande, qui avait commencé à produire des animaux en peluche dès 1880, avec les restes de tissus de l'usine de son oncle Steiff. En 1902, elle est convaincue par son neveu Richard Steiff, employé dans son entreprise, de créer un ours en peluche, qui selon lui aurait une popularité similaire chez les garçons et chez les filles. Il revenait du zoo de Stuttgart, où il avait réalisé des croquis d'ours. Il lui présenta alors les plans d'un ours articulé, l'Ours PB 55, dont elle fabriqua un prototype en peluche de mohair, qu'elle exposa à la Foire de Printemps du jouet à Leipzig en 1903. L'entreprise Steiff eut un succès énorme pour l'époque. Les commandes affluèrent, notamment une d'Amérique, où un riche acheteur nommé Hermann Berg en demanda plus de 3 000 exemplaires, ce qui contribua largement à la popularité des peluches Steiff. Son ours en peluche fétiche fut alors appelé « Friend Petzy ». En 1907, la fabrication des ours en peluche dépassa le million.

     

    Aujourd'hui, quelques ours des premières années de la famille Steiff subsistent. Ils sont reconnaissables par un bouton de métal dans l'oreille gauche. L'entreprise existe toujours. Elle a créé de nouveaux modèles d'ours à la fin du XXe siècle, dont « Zotty » le grizzli.

    Ours en peluche

    La légende américaine

    C'est en 1903 qu'apparaît le nom célèbre de l'ours en peluche : Teddy Bear, surnom repris dans de nombreux pays.

     

    Ce nom lui vient du président des États-Unis Theodore Roosevelt, qui était surnommé « Teddy » et qui était un grand amateur de chasse. Une anecdote raconte qu'un incident survint lors d'une chasse à l'ours dans le Mississippi en 1902 : des chasseurs acculèrent un ourson afin de satisfaire les cartouches du président, qui était bredouille depuis plusieurs jours. Roosevelt, outré, jugeant l'acte anti-sportif, refusa de tuer l'animal. Cette histoire fut vite immortalisée : l'expression « Teddy's Bear » a immédiatement été utilisée dans les caricatures de la presse, notamment par Clifford Berryman dans le Washington Post.

     

    Deux émigrants russes de Brooklyn, Rose et Morris Michtom créèrent puis commercialisèrent dès 1903, à partir des dessins publiés dans la presse, un ours en peluche qu'ils baptiseront Teddy, avec la permission du président : le nom de « Teddy bear » se retrouve sur tous les ours de la production de Michtom. Les Michtom sont alors connus comme les premiers fabricants d'ours articulés en mohair; ils créeront ensuite leur entreprise « Ideal Novelty and Toy Co ».

    La vogue des Teddy's Bear continuera, inspirant même des chansons comme « Teddy Bear's Picnic », composée par John W. Bratton et chantée par Jimmy Kennedy

    Ours en peluche

    La suite en France

     

    M. Pintel, qui était alors fabricant de jouets bourrés ou mécaniques, finit par mettre un ours dans sa collection en 1921. Il ressemble en beaucoup de points à l'ours allemand, sauf pour la fameuse bosse dans le dos qu'il ne reproduit pas, et une légère différence dans la manière de coudre le nez. Les ours Pintel arborent également un sourire ou une grimace : c'est l'élaboration de l'expression.

    Une autre entreprise, FADAP, sera très vite en concurrence avec les jouets Pintel en 1925... À l'époque, ce sont les deux producteurs d'ours en mohair les plus connus en France.

    Plus le temps passa, plus les ours changèrent ; même si les ours traditionnels restaient sur le marché. Aujourd'hui on en trouve de toutes les couleurs et de toutes les formes.

    En français, dans la littérature enfantine, l'ours s'appelle traditionnellement « Martin », c'est aussi le nom donné généralement à l'ours en peluche, comme dans la traduction des aventures de Winnie l'ourson par Jacques Papy

     

    Ours en peluche

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique