• Beau souvenir

    Alsace : ils tiennent toujours un bar à plus de 80 ans à Minversheim

    dimanche 12 août 2018 à 20:05 - Mis à jour le lundi 13 août 2018 à 5:48 Par Luc Dreosto , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

    C'est une histoire hors du commun. À 81 et 85 ans, Béatrice et Charles Lienhart ne sont toujours pas à la retraite. Ce couple continue de gérer le bar "Au Coq Blanc" à Minversheim, un petit village de 600 habitants, à côté de Hochfelden. Par pur plaisir et pour ne "pas tomber malades".

     Béatrice et Charles Lienhart continuent à servir leurs clients du jeudi au lundi au Coq Blanc Béatrice et Charles Lienhart continuent à servir leurs clients du jeudi au lundi au Coq Blanc © Radio France -Luc Dreosto

     

    Minversheim, France

    Béatrice Lienhart a passé toute sa vie "Au Coq Blanc", elle est même née "au-dessus du comptoir". Le restaurant-bar familial a ouvert en 1880. Ses parents ont repris l'affaire dans les années 1920. Puis en 1978, elle a pris le relais avec l'aide de son mari. À la belle époque, le rendez-vous tarte flambées du dimanche soir était une institution dans le secteur de Minversheim, près de Hochfelden. Désormais, le couple a aménage les horaires et n'ouvre plus le bar du jeudi au lundi en fin d'après-midi et en début de soirée.  

    "Cette année, on avait des problèmes de santé, raconte Béatrice Lienhart. Alors on a discuté et on a décidé de continuer jusqu'à la fin de l'année. Les gens du village nous disent tous "surtout ne fermez pas, on ne saurait pas où aller".

     

    Béatrice et Charles Lienhart, un couple d'octogénaires qui gère toujours un bar de Minversheim

     

    Ils ouvrent pour rester en bonne santé

    À plus de 80 ans, cela devient difficile de gérer le bar, de changer les fûts par exemple. Mais pour le couple, qui va fêter ses 60 ans de mariage en novembre, garder le bar ouvert, c'est continuer à vivre. 

    Je ne ferme pas pour que je ne "reçois" pas Alzheimer, explique Charles Lienhart. 

    Discuter avec les clients, ça m'apporte la santé. Si je ferme, je commence à penser et ça y est, je tombe malade. On a des bons clients toujours fidèles parce qu'ils nous aiment. On parle de Macron et surtout du Racing, on est des fidèles".  

    Jusqu'à la mort

    Leur fils Gérard a choisi une autre voie, il est menuisier-ébéniste à Pfaffenhoffen. Il n'y a donc personne pour reprendre le bar. Mais le couple n'a pas prévu d'arrêter tout de suite. "On continue jusqu'à la mort, s'exclame Charles Lienhart. Si ma femme meurt, moi je ferme. Et si moi je meurs, c'est ma femme qui ferme".

    « journée sans....trop jeune »

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Août à 23:30

     Chez nous il y a aussi des bars tenus par des personnes tres âgées mais ce sont des veuves ou des non mariees.

    Bisous

    2
    JOSETHE
    Jeudi 16 Août à 00:10

    Une longue vie bien remplie, quel beau couple ! Gros bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :